Carte de la communauté à Tranovato (Ilha de Santa Cruz) (1656), Madagascar. Author Flacourt

Fort portugais à Madagascar: le fort portugais près de Tolanaro

This post is also available in: Anglais

Ecrit par Marco Ramerini. Traduction par Anne et Joaquim Gonçalves

La grande île de Madagascar fut découverte en 1500 par une flotte portugaise sous le commandement de Diogo Dias. Les Portugais appelèrent cette nouvelle île « Ilha de São Lourenço. »

L’île fut visitée un certain nombre de fois pendant les 16ème et 17ème siècles, mais ne fut jamais colonisée. Beaucoup de naufrages eurent lieu le long de ses côtes.

En 1613, le vice-roi Dom Jeronimo de Azevedo envoya une expédition portugaise explorer les côtes de l’île. Cette expédition découvrit des hommes blancs (“gente branca” ) qui vivaient en un endroit situé dans la partie sud de l’île. Ces hommes blancs s’étaient installés sur une île au milieu du fleuve, qu’ils avaient appelée île de Santa Cruz. L’expédition portugaise visita cet endroit. Sur l’île, on trouva une tour de pierre ou un fort avec deux portes. Il y avait à l’époque une superbe stèle en marbre (Padrão) à deux faces. Sur l’un des côtés était sculpté le blason du Portugal et en-dessous étaient inscrits ces mots: REX PORTUGALENSIS. De l’autre côté était gravée la Sainte Croix et, près du « Padrão», sur le sol, se trouvait une croix en pierre. L’expédition trouva aussi trois tombes surmontées de croix.

Une partie de la flotte commandée par Pedro Alvares Cabral, le navigateur qui découvrit le Brésil en 1500.

Une partie de la flotte commandée par Pedro Alvares Cabral, le navigateur qui découvrit le Brésil en 1500.

On suppose que cette colonie fut établie par des Portugais qui, au début du 16ème siècle, (1505 ? 1527 ?) auraient réussi à survivre à un naufrage. Un chroniqueur du 17ème siècle raconta que la population locale massacra les Portugais qui s’était installés à cet endroit. Le chroniqueur déclara aussi qu’à son époque (1600), il y avait beaucoup de Mestiços (métis) nés de l’union de naufragés et d’autochtones.

Aujourd’hui, au 20ème siècle, les vestiges de cette colonie sont encore visibles sur une île située à l’embouchure du fleuve Vinanibe, près de Tolanoro ou Fort Dauphin. Ce fort, de forme carrée, est un témoin historique très important, parce qu’il constitue la première construction européenne de Madagascar.

BIBLIOGRAPHIE:

– Canitrot. (1921). Les Portugais sur la côte orientale de Madagascar et en Anosy au XVIe siècle (1500-1613-1617). Revue Francaise d’Histoire d’Outre Mer, 04-06, 203–238.

– Leitão, Humberto “Os dois descobrimentos da Ilha de São Lourenço, mandados fazer pelo Vicerei D. Jerónimo de Azevedo nos anos de 1613 a 1616” 431 pp., maps, Centro de Estudos Históricos Ultramarinos, 1970, Lisbon, Portugal. Index: Diário da viagem da Caravela “Nossa Senhora da Esperança” (1613-1614), relação da jornada e descobrimento da Ilha de São Lourenço, relação do segundo descobrimento no ano de 1616, roteiro da Ilha de São Lourenço.

– Linon-Chipon, Sophie. (2005). La Poétique des stèles. Du padrao portugais d’Anosy (1508) au frontispice rodriguais de Legaut. (In: Rivalités maritimes européennes: XVIe-XIXe siècles) Revue d’Histoire Maritime, 4-2005, 51–70.

– Pearson, Mike P. (1997). Close encounters of the worst kind: Malagasy resistance and colonial disasters in southern Madagascar. World Archaeology, 28(3), 393–417.

– Pier M. Larson “Colonies Lost: God, Hunger, and Conflict in Anosy (Madagascar) to 1674” in Comparative Studies of South Asia, Africa and the Middle East (2007) 27(2): 345-366.

– Oliver, P. (1902, Feb). A Jesuit Mission to Madagascar in 1613-14, The Month: A Catholic Magazine, 99(2), 171-182.

– Pierre Vérin, Claude Allibert, Narivelo Rajaonarimanana. “La tranovato de l’Anosy, première construction érigée par des Européens à Madagascar. Description et problèmes” Tananarive, Taloha 6, 1974, p. 117-142

– H.T. Wright, J.A. Rakotoarisoa, G. Heurtbize, P. Verin “The evolution of settlement systems in the Efaho River Valley, Anosy (Madagascar)” Bulletin of the Indo-Pacific Prehistory Association 12-13 1994 p. 61-93

banner
Close
Stay informed about Colonial Voyage